Le Ministre des Transports devant la justice


Dans les coulisses des cabinets ministériels, l’organisation du Hadj 2009 est entrain de prendre une tournure de rocambolesque scandale financier. Le retour mardi 1er décembre dernier de la première vague des pèlerins accueillie sur le tarmac de l’aéroport Diori Hamani de Niamey par le Ministre d’Etat, Ministre de l’intérieur, de la décentralisation et de la sécurité publique en présence du Ministre des transports est loin de camoufler les vagues d’une affaire qui provoque un remue-ménage au sein du gouvernement. De sources proches du dossier de l’organisation du Hadj 2009, on apprend en effet que le Ministre des transports et de l’aviation civile, le Colonel Issa Maâzou, sera très bientôt auditionné par la justice. On apprend que le Président de la République Tandja Mamadou a déjà signé un décret dans ce sens pour permettre à la justice d’écouter le responsable ministériel dans le cadre de l’instruction judiciaire du dossier.

Le Ministre des transports sera auditionné par rapport à ce qui apparaît comme une véritable affaire d’escroquerie dans laquelle l’Etat du Niger risque de perdre un volume financier qui se monte à près de 2 milliards 400 millions de francs CFA. Un autre responsable du Ministère des transports qui serait dans le collimateur de la justice, le conseiller technique du Ministre des transports Moussa Souleymane qui, sans doute, a joué un rôle trouble dans ce dossier. L’affaire est partie dès le démarrage de l’acheminement des pèlerins nigériens sur les lieux du Hadj. La compagnie Jordan Aviation, une des deux compagnies retenues pour le transport des pèlerins nigériens va montrer de réelles difficultés à enlever les 6.000 pèlerins qui lui étaient affectés. Au niveau des autorités en charge de l’organisa-tion du Hadj, la situation va être reprise en mains. Le contrat de la Jordan Aviation va être annulé. Quelques 300 pèlerins seulement avaient été transportés par la Jordan Aviation. Sahel Airlines en relation avec la compagnie Al Wafeer, la deuxième compagnie qui avait un quota de 3.000 pèlerins va être désignée pour l’acheminement des pèlerins de la Jordan. Tout n’était pas régulier dans la désignation des deux compagnies, apprend-on des milieux des Agences. Al Wafeer pouvait se frotter les mains pour avoir supplanté la Jordan Aviation, mais il faut dire que depuis le départ, l’offre de la Jordan tout comme celle de Al Wafeer ne respectait pas certaines clauses édictées par le dossier d’appel d’offres pour la sélection des compagnies des transports. Les spécifications des avions présentés par la Jordan Aviation ne correspondaient pas au DAO qui exigeait que les avions doivent être des Boeing 747 ou 777, des Airbus A330 ou A340 ou de manière globale, des avions d’une capacité d’au moins 400 places. La compagnie Jordan n’en possédait pas, elle va sous-traiter avec une compagnie de transport grecque, la Hellenic Imperial Air. De l’autre côté Sahel Airlines, associée de Al Wafeer aussi avait un handicap, elle ne présentait pas une garantie financière suffisante exigée par le DAO. Les avions présentés par Sahel Ailines ne correspondaient pas non plus aux normes du DAO. Par ailleurs, une convention signée en 2005 entre le gouvernement nigérien et le Royaume d’Arabie Saoudite stipulait clairement que seules les compagnies nigériennes ou saoudiennes peuvent effectuer l’acheminement des pèlerins nigériens sur les lieux saints de l’Islam. Des manoeuvres concurrentielles ont sans doute joué, le slot de Hellenic Imperial Air, la société de sous-traitance de la Jordan Aviation, sera annulé par les autorités saoudiennes après le premier vol. Jordan Aviation va perdre le contrat de transport des pèlerins au profit de Al Wafeer. Toutefois, le virement de l’intégralité de la somme de 2 milliards 400 millions a déjà été effectué sur le compte de la Jordan Aviation. Sur ordre de qui ? Pourtant, la convention de règlement prévoit le versement par l’Etat aux compagnies adjudicatrices d’une première tranche de 30% dès la signature du contrat, 20% après l’effectivité de la phase aller, puis 40% au retour et une dernière tranche de 10% à la fin de l’opération.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :