Malaise au sein de tazartché : Dan Dubaï fait son mea culpa


Photo Dambadji

Le samedi 12 décembre 2009, le président du Mouvement du peuple pour le soutien des actions de développement, Aboubacar Mounkaïla dit Dan Dubaï, par ailleurs initiateur du mouvement tazartché, était l’invité en ligne du journal de 12h 30 de la radio Anfani. Il s’est largement exprimé sur le tazartché dont il dit regretter avoir été l’un des instigateurs au Niger. ‘’Si c’est pour amener la guerre, je regrette d’avoir fait tazartché.’’, ‘’ Je ne suis pas contre le président Tandja, mais contre les gens qui l’entourent’’, a-t-il laché, manifestement excédé et déçu par les premiers pas de la ‘’refondation’’, ‘’Nous n’avons pas amené tazartché pour la séparation des Nigériens’’, ‘’Je souhaite que le président Tandja tende la main à l’opposition pour qu’ils s’entendent’’, va t-il suggérer. Dan Dubaï qui cherche à se repositionner en reconsidérant sa conception du tazartché a indiqué que le mémorandum qu’il a déposé à l’assemblée nationale visait à répondre aux aspirations du peuple, qui, selon lui, souhaite que le président Tandja continue à gérer encore les affaires publiques afin de terminer ses grands chantiers. Aujourd’hui, Dan Dubaï ouvre les yeux et constate amèrement et avec beaucoup de déception que le président Tandja s’est fait entourer des personnalités politiques égoïstes et cupides qui sont loin des véritables préoccupations du peuple. Pour lui, ces personnalités ne servent ni le président Tandja, ni le Niger. La paix recherchée par le Niger ne peut s’obtenir par cette voie, regrette-t-il. En faisant son mea culpa et en présentant solennellement ses excuses au peuple nigérien, Dan Dubaï vient de faire preuve d’humilité. Ou il a compris qu’il a été utilisé, ou il a compris qu’il s’est trompé, ou il n’a pas trouvé son compte dans cette cour de personnalités qui entourent aujourd’hui le président de la République. De toutes les façons, cette sortie de Dan Dubaï témoigne du malaise profond qui secoue le cercle des tazartchistes qui, manifestement, commencent à avoir des problèmes de conscience pour ceux qui en ont encore comme Dan Dubaï, car pour chercher le pardon de ses prochains et avouer son erreur, il faut avoir les pieds sur terre. Combien sont-ils dans la vague de tazartché qui savent que tout a été bâti sur du faux, sur le mensonge, sur le chantage et qui continuent à persister dans l’erreur ?

En tout cas, la confession de Dan Dubai est à suivre et doit inspirer particulièrement le président de la République Mamadou Tandja qui doit en faire autant pour avoir bonne conscience.

Mamane Abdou

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :