Conférence du président Tandja à Diffa : Les vérités de Mamadou Tandja


En marge des festivités marquant le 51ème anniversaire de la République du Niger tenues à Diffa, le Président Mamadou Tandja s’est entretenu avec les populations de la localité et les délégations venues de l’intérieur à travers une conférence dite de cadres. Comme à Imouraren au cours de la cérémonie de la pose de la première pierre du complexe industriel minier ou à l’occasion de la pose de la première du port sec de Dosso, le Chef de l’Etat s’est adressée directement aux populations en langue haoussa sur des ‘’sujets d’intérêt national’’.

Il parlera pêle-mêle de la crise politique actuelle que traverse notre pays, de l’embelli économique qui se dessine au Niger et de bien d’autres sujets. Les propos tenus par le Chef de l’Etat ont même été passés à la télévision nationale non sans déranger, semble-t-il, certains responsables de l’Etat qui redoutent un mauvais regard de la communauté internationale par rapport au passage de cette ‘’bourde’’ sur une chaîne satellitaire suivie partout dans le monde.

Le langage du Chef de l’Etat nigérien, il est vrai était cru et venait du fond du cœur d’un Homme blessé dans son orgeuil d’avoir été mal compris et mis à mal par certains de ses compatriotes et la communauté internationale. Il n’a ni ménagé les organisations sous-régionales comme la CEDEAO, ni la communauté internationale qui affiche une rigidité par rapport à ce que, lui, considère comme étant ‘’le choix souverain du Peuple nigérien’’. Le langage du président Tandja n’avait rien à envier aux ultranationalistes qui défient le monde comme le président Iranien Mahmoud Ahmadinejad ou le président vénézuelien Hugo Chavez.

Par rapport à la situation politique actuelle, le Chef de l’Etat rassurera les populations en parlant de simples spéculations basées des ‘’mensonges et des diffamations’’ que distillent ‘’ceux qui ont choisi de se plaindre à l’extérieur de Mahamadou’’. Je vais vous relever quelques équivoques, a-t-il introduit devant les délégués de toutes les régions : ‘’Tout ce dont vous entendez parler par rapport à la situation politique actuelle n’est que pur mensonge, ce sont des ragots’’. ‘’Par rapport à la violation de la constitution dont on m’accuse et sur laquelle on a fait beaucoup de publicité, j’ai invité mes détracteurs à me montrer là où elle a été bafouée ou piétinée’’. Estimant que tout s’est passé dans les règles de l’art Mamadou Tandja va renvoyer l’avènement de tout ce processus au choix souverain du peuple. ‘’A mon âge, qu’est ce que je cherche d’autre, sinon qu’on dise que c’est sous mon règne que l’exploitation du pétrole a été lancé au Niger’’, va s’exclamer Mamadou Tandja.

Le Président Tandja va aussi s’insurger contre le comportement de l’Organisation communautaire, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dont il a présidé aux destinées durant deux mandats successifs. ‘’Après 30 ans de vie commune dans l’organisation communautaire, nous n’avons pas bénéficié même d’un (1) km de route, ni d’un (1) km de ligne électrique’’, va-t-il déplorer.

Il s’interrogera sur l’utilité de l’organisation communautaire avant de déclarer avec agacement, certainement par rapport à ce qu’il considère comme une ingérence ou un soutien aux opposants, ‘’Nous nous sommes librement et souverainement inscrits dans cette organisation et si on n’a marre, nous sommes libres de nous retirer’’. ‘’Nous avons 2 cordes à notre arc, si l’une se casse, nous ferons recours à l’autre’’, va-t-il rassurer. ‘’Les opposants peuvent continuer à parcourir le monde et à raconter ce qu’ils veulent’’, conclura Mamadou Tandja par rapport à ce chapitre.

Le message du Chef de l’Etat va aussi porter sur les richesses minières de notre pays, notamment l’Uranium et le pétrole.

Par rapport à la question de l’uranium, Tandja va parler de la revalorisation de ce minerai. ‘’C’est terminé, a-t-il souligné, maintenant c’est du gagnant – gagnant, ta part, ma part. vous ne vous soumettez pas à ce protocole, nous ferons appel à un autre partenaire’’. Pour lui, sa seule faute, c’est d’avoir osé toucher à ces questions stratégiques des intérêts miniers du Niger. ‘’Le Niger, c’est mon pays. Nous sommes un Etat souverain. Parce que tout simplement nous avons adhéré à des organisations africaines d’intégration commune, on veut nous imposer des choses’’, s’indignera le Chef de l’Etat.

Il invitera les populations de Diffa à être les gardiennes de ces richesses pétrolières : ‘’Population de Diffa, nous vous confions la garde de nos richesses minières du Nord-Est. Vos yeux, vos oreilles et votre attention doivent être braqués sur ces richesses. Aujourd’hui, nous travaillons avec les chinois et vous pouvez les identifier facilement. Toute présence autre que celle des chinois doit nous être signalée rapidement. Soyez vigilants, toute présence suspecte sur nos sites pétroliers doit être notifiée dans les meilleurs délais’’, va-t-il recommander.

Laoual Sallaou Ismaël

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :