Déclaration de la CFDR du 26 Décembre 2009


Bazoum vice-président PNDS

Le dimanche 27 décembre 2009, c’est-à-dire demain, avec la tenue des élections municipales, une étape supplémentaire va être franchie par le pouvoir illégitime et illégal de Tandja Mamadou dans sa course frénétique pour la mise en place des institutions fantoches qui doivent régir le cadre de sa 6e République née de son coup d’Etat constitutionnel. Ces élections, comme toutes celles qui les ont précédées à savoir le référendum du 04 août 2009 et les élections législatives du 20 octobre 2009 viennent corroborer le mépris et l’indifférence de Tandja Mamadou à l’endroit de l’écrasante majorité du peuple nigérien ; ce peuple qui a massivement boycotté ces consultations et dont les multiples appels et injections n’ont permis d’arrêter la logique suicidaire à laquelle il expose notre pays. De même la Communauté internationale qui demandait, le report sine die des élections municipales comme gage de bonne volonté au dialogue, découvre une fois encore la mauvaise foi et la duplicité qui caractérisent la démarche de Tandja Mamadou et de son gouvernement. Cet entêtement du régime à vouloir organiser de façon unilatérale ces consultations, traduit assurément un degré inégalé d’irresponsabilité du pouvoir illégitime et illégale en place. Aussi la CFDR réitère-t-elle son appel du 30 septembre 2009 à tous ses responsables régionaux, départementaux et locaux afin de :

1. s’investir dans la sensibilisation de ses militants pour s’abstenir de toute participation et de tout soutien aux élections municipales du 27 décembre 2009 ;

2. s’abstenir de tomber dans la tentation facile et naïve de soutenir des listes indépendantes.

Au demeurant tous ceux qui s’y sont aventurés lors des élections législatives n’ont récolté que désillusion et regret pour avoir contribué à mettre en place un parlement illégitime et illégal, rejeté par l’ensemble des institutions parlementaires internationales. La CFDR demande au peuple Nigérien, à l’instar du référendum anticonstitutionnel du 04 août 2009, de boycotter massivement ces élections locales prévue pour demain 27 décembre 2009, auxquelles même les candidats n’affichent aucun intérêt convaincus qu’ils sont de l’illégitimité et de l’illégalité de tout le système tazartché. Ce boycott est le signal fort que chaque citoyenne et chaque citoyen doit envoyer à Tandja Mamadou pour lui signifier de manière ferme et irrévocable que son coup d’Etat constitutionnel ne passera pas ; et lui rappeler par la même occasion qu’il n’est plus Président de la République du Niger depuis le 22 décembre 2009 conformément aux dispositions de la Constitution du 09 août 1999. Enfin la CFDR lance un appel à tous ses militantes et militants à tous les démocrates sincères pour se tenir prêts à répondre massivement aux mots d’ordre à venir.

Vive la CFDR

Vive la Démocratie

Vive le Niger

Fait à Niamey, le 26 décembre 2009.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :