La chute de la dynastie Tandja


Moins d’une semaine seulement après la chute du Président Tandja, le voile commence à se lever sur le vrai visage de celui qui de 1999 au 18 février 2010 s’était vu «confier» les poste du Président de la République et la destinée de quinze millions d’âmes nigériennes. Fidèle à son credo, votre journal, le Flic a tenu à vous livrer quelques uns des résultats de ses investigations sur la dynastie Tandja.

– Courant 2007, Tandja allait poser un acte qui soulèvera par la suite une véritable levée de boucliers. En effet, en engageant des négociations secrètes avec la Chine sans y avoir convié  les experts des ministères et syndicats concernés, Tandja Mamadou se savait d’avance en position de faiblesse face à ses détracteurs. Beaucoup de nigériens ne pardonneront jamais à «Baba Dogo» d’avoir choisi de prendre d’aussi énormes engagements au nom du pays sans avoir associé les partenaires intérieurs. D’ailleurs, de nombreux observateurs, avaient en son temps, constaté que dans la perspective de conclure avec la Chine, plusieurs missions officielles conduites par les conseillers de Tandja et son fils, Ousmane dit «Gober» séjourneront à Pékin. Dans la même optique, Tandja effectuera lui-même une visite officielle en Chine. Au-delà des controverses qu’elle a suscitées, cette visite, a eu pour corollaire l’un des plus grands scandales politico-financiers qu’ait jamais connu notre pays. En effet, des informations recueillies de sources sûres font état d’une importante somme, dépassant de loin celle indiquée par la propagande officielle. On a parlé de 130 milliards au 150 milliards dont une bonne partie environ 10 milliards de francs CFA seraient en espèces trébuchantes et sonnantes. Plutôt que de servir à alimenter les caisses de l’Etat, cet argent (les 10 milliards de francs CFA) aurait pris une destination inconnue. L’affaire des 5 millions de dollars ramenés par la ministre Aïchatou Mindaoudou de Libye.

– Courant 2006, Tandja a dépêché, dans les pays du golfe et les Emirats Arabes Unis et en Libye notamment quelques missions significatives. Celles-ci ayant pour objet d’attirer à notre pays la compréhension du monde arabe. En devises s’entend. Pour ce travail délicat une mission spéciale conduite par la ministre des Affaires Etrangères, Aïchatou Mindaoudou, séjournera en Libye pendant une semaine. La mission rapportera 5 millions de dollars au Président Tandja Mamadou. Afin de brouiller les pistes, Tandja répandra l’information selon laquelle cet argent sera utilisé pour l’achat des vivres et autres services au profit des structures du MNSD-Nassara.

De nos invesigations, il ressort que ladite somme aurait, semble-t-il, plutôt servie à financer la cabale politique montée contre Hama Amadou.

L’affaire des 8 millions de dollars de commissions

Une autre affaire qui a suscité de nombreux remous dans l’opinion nationale est celle liée à une commission de 8 millions de dollars reçue par l’un des fils de Tandja. Cette somme lui aurait été donnée pour récompenser les efforts qu’il avait déployés pour faire délivrer un permis de prospection minière à une société étrangère. La découverte de cette affaire a laissé la porte ouverte à toutes les supputations. Pour commencer certaines langues ont laissé entendre que les 8 millions de dollars ne sont que la face visible de l’iceberg. Autrement dit, l’enfant du Président Tandja, serait semble-t-il impliqué dans d’autres dossiers financiers plus importants. D’autres ont avancé qu’il n’est qu’un simple pion du vaste réseau créé par son père, à coups de trafic d’influence et de pots de vin pour financer la 6e République.

L’affaire de prise d’actions dans les sociétés de la place par les membres de la famille de Tandja

Avec le référendum constitutionnel du 4 août 2009 ayant consacré la 6e République, Mamadou Tandja inaugurait une nouvelle forme de concussion. L’idée qui est plus qu’ingénieuse, a consisté à conclure des contrats faramineux avec les sociétés étrangères notamment les sociétés chinoises pour la réalisation de marchés publics locaux. C’est ainsi que le ministre de l’enseignement de base conclura un colossal contrat d’un montant de 7 milliards avec une société chinoise pour la réalisation de 700 classes préfabriquées et ce, au mépris des principes de l’orthodoxie financière. De plus, Tandja a instruit certains responsables des sociétés et offices de la place, de prendre des actions dans le capital de la société SOPAMIN, chargée du transport des ressources minières stratégiques. Cette société, selon nos investigations, est gérée en sous-main par des proches de l’ex-première dame Laraba Tandja. Egalement ces mêmes investigations nous ont permis de savoir que l’une des filles de Laraba Tandja est actionnaire principale dans une agence de voyages et propriétaire d’une résidence hôtelière huppée. Ces pratiques persisteront jusqu’au récent coup d’Etat du 18 février 2010. Il faut dire que les sommes ainsi «prélevées» servaient souvent à couvrir des dépenses ostentatoires pour un pays pauvre comme le Niger. Des sommes allant jusqu’à 2 milliards de nos francs ont été tirées des caisses de quelques sociétés de la place, soit pour faire face à des dépenses de prestiges du Président Tandja et de son entourage, soit pour couvrir de cadeaux certains «tazarcistes» de la 6e République. Comme on peut le constater, la liste est loin d’être exhaustive. D’autres scandales ont, à coup sûr, émaillé l’existence de la 6e République, mais nous en parlerons dans nos prochaines livraisons. En nous limitant à quelques uns de ces scandales, nous avions voulu rappeler à l’opinion le comportement anti-patriotique et mercantile qui animait Tandja et les membres de sa famille. Gageons que leurs successeurs auront à cœur à juguler ces maux qui, à la longue, risquent de devenir de véritables phénomènes de société.

Une enquête de Hama Ibrahim

Paru dans Le Flic N°178

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :