Une transition de 12 mois s’impose !


Le Niger vit, depuis jeudi dernier, sous un régime d’exception.

Un organe délibérant dénommé Conseil Suprême pour le Restauration de la Démocratie (CSRD) a été mis en place. Le CSRD, conduit par le Chef d’Escadron Salou Djibo et composé de jeunes officiers des Forces Armées Nigériennes va ainsi mettre un terme à la crise politique aigue suite à la remise en cause du processus démocratique de Tandja Mamadou qui, de manière unilatérale a dissous la Constitution et la cour constitutionnelle du Niger. Le peuple nigérien a, de manière spontanée accueilli la fin de la sixième République avec un ouf de soulagement.

Le Conseil Suprême pour la Restauration de la Démocratie, dès ses premières déclarations, a pris l’engagement de faire en sorte que le Niger renoue avec la démocratie et la bonne gouvernance. Il s’agira donc de ramener le Niger à une vie constitutionnelle normale. Ainsi, il sera mis en place une transition démocratique qui aura pour rôle essentiel d’élaborer et d’adopter une nouvelle constitution consensuelle mais aussi d’organiser des élections générales libres et transparentes.

Dores et déjà, un Premier ministre en la personne de Mahamadou Danda, un cadre compétent ayant déjà fait ses preuves en tant que ministre de l’hydraulique sous le régime de Ali Seybou puis ministre de la culture et de la Communication en 1999. Le gouvernement de transition qui sera bientôt mis en place, doit s’atteler à mettre le Niger sur les rails et tourner la page sombre de l’histoire de la refondation.

Le nouveau gouvernement de transition aura vraiment du pain sur la planche. D’abord identifier tous ceux ou toutes celles qui ont joué un grand rôle dans la gestion du tazarcé et qui n’ont pas hésité à vilipender les responsables des institutions aussi respectables que la cour constitutionnelle afin de ne pas leur confier de grande responsabilité dans la gestion de la transition.

Ensuite, entreprendre des audits partout où besoin se fait sentir. Puis créer une commission composée d’hommes connus pour leur intégrité morale et leur sens de justice et d’équité chargée de lutter contre la corruption et l’enrichissement illicite afin d’assainir la vie économique du pays.

Enfin, le CSRD mettra sur pied un comité consultatif qui aura pour mission de lui proposer la durée de la transition, une nouvelle constitution et un nouveau code électoral.

Il est important que le CSRD s’entoure d’hommes et de femmes à l’image du premier ministre c’est-à-dire des cadres compétents, jouissant d’une intégrité morale. C’est à ce prix seulement que le CSRD aboutira à des résultats crédibles et consensuels.                                         k,m

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :