Les partisans de la lutte démocratique récompensés Morou Amadou, président du CCN et Mme Salifou Fatimata Bazèye, présidente du CC


Le mardi 6 avril 2010, le Président du Conseil Suprême pour la Restauration de la Démocratie (CSRD), Chef de l’Etat, le Chef d’Escadron Djibo Salou a nommé Marou Amadou et Mme Salifou Fatimata Bazèye respectivement président du Conseil Consultatif National (CCN) et présidente du Conseil Constitutionnel (CC). Au sein de l’opinion ces deux nominations ont été fortement saluées en ce sens que Marou Amadou et Mme Salifou Fatimata Bazèye avaient payé chers leur opposition au projet anticonstitutionnel de Mamadou Tandja de se maintenir au pouvoir au-delà de son deuxième et dernier mandat légal.

Mais mieux, dit-on, il s’agit de deux valeurs sûres de la lutte démocratique connues pour leur intégrité et leur indépendance d’esprit. Toute fois ces deux (2) nominations ne manquent pas d’opposants notamment dans les rangs des partisans de l’ancien régime déchu. Même au sein de la Coordination des Forces pour la Démocratie et la République (CFDR), il y a quelques grincements de dents, ceux pour qui Marou Amadou est trop fougueux pour occuper le prestigieux et difficile poste de président du Conseil Consultatif National. Mais y a-t-il sur terre un être sans défaut ?

Rappelons que Marou Amadou, président du Comité de Réflexion et d’Orientation Indépendant pour la Sauvegarde des Acquis Démocratiques (CROISADE), Coordonnateur du Front Uni pour la Sauvegarde des Acquis Démocratiques (FUSAD) et porte-parole du Front de Défense de la Démocratie (FDD) fut aux premières loges dans le combat contre le régime illégal du président Mamadou Tandja. A cause de cette opposition, il connut plusieurs fois la prison mais sans jamais faiblir.

Quant à Mme Salifou Fatimata Bazèye, présidente de la Cour Constitutionnelle sous la 5ème République, c’est sous son mandat que la plus haute institution en matière constitutionnelle a rendu l’arrêt déclarant illégal le projet de référendum de Tandja Mamadou pour l’instauration d’une 6ème République. Et ce en dépit du fait qu’elle soit la représentante du président Tandja au sein de cette même Cour Constitutionnelle. Ce qui a valu à la Cour Constitutionnelle d’être illégalement dissoute et ses membres remerciés.

Conclusion pour conclusion, la nomination de Marou Amadou et de Mme Salifou Fatimata Bazèye vient couper court aux critiques faisant état d’une espèce d’équilibrisme de la junte. Le CSRD tourne ainsi le dos aux partisans de l’ancien régime déchu de Mamadou Tandja les versant à son tour dans le sac des fossoyeurs de la démocratie. C’est la preuve que le Chef d’Escadron Djibo Salou et ses camarades ont véritablement les cœurs et les regards tournés vers la restauration de la démocratie.

Ali Soumana

Paru dans le Courrier N°99

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :